www.LCP.fr

OPERATIONNEL LE 30 MAI 2020

Ces articles sont extrait de la revue professionnelle LE PNEUMATIQUE.


mardi, 17 mars 2020 15:36

Marché

Confiné mais mobilisé, le Pneumatique reste à vos côtés

Malgré les mesures de confinement prises par le Gouvernement, notre rédaction reste mobilisée pour vous assurer un suivi régulier de la situation sanitaire et un traitement quotidien de l'actualité du secteur.

 

Depuis ce mardi 17 mars 2020, à la mi-journée, la France est soumise aux dernières mesures de confinement décidées par le Gouvernement. Les déplacements sont désormais limités, encadrés et contrôlés. Sans attendre ces ultimes directives, le Groupe Journal de l'Automobile a pris la mesure de la situation et s'est très tôt organisé pour assurer un suivi d'activité optimal.

Aujourd'hui, l'ensemble des équipes du Journal de l'Automobile, du Journal de la Rechange et de la Réparation, du Journal des Flottes, du Journal du Poids Lourd et du Pneumatique opèrent désormais en télétravail.

A distance mais parfaitement organisés, nous restons mobilisés pour vous assurer un suivi régulier, précis et détaillé de la situation sanitaire de notre pays et de ses impacts pour le secteur automobile et tous ses acteurs.

Vous informer reste notre priorité. Nous continuons ainsi de vous accompagner sur l'ensemble de nos supports durant ce moment si singulier que nous traversons.

Le Mondial de l'Auto 2020 annulé

Initialement programmé du 29 septembre au 11 octobre, le salon parisien n'aura pas lieu. Si Movin'On, Smart City et toutes les manifectations organisées dans la capitale sont maintenues, le Mondial paie quant à lui la crise sanitaire du moment et la désaffection du secteur pour ce type d'évènement.

 

Les espoirs de certains de voir l'industrie automobile reprendre sa vie normale à Paris, à l'automne prochain, ont pris fin. Ce lundi 30 mars 2020, la Plateforme automobile (PFA) et Hopscotch, organisateurs de l'évènement, ont officialisé l'annulation du Mondial de l'Auto.

"Trop de flou sur la fin du confinement"

Déjà fragilisé par la baisse de fréquentation des salons automobiles et la désaffection des constructeurs pour ce type d'évènement, le rendez-vous parisien est aujourd'hui en plus victime de la pandémie de coronavirus. "Il y a trop de flou sur la fin du confinement et il est difficile d'imaginer de pouvoir présenter des innovations de façon traditionnelle avec des stands et un public", avance un porte-parole du salon. 

Dans un communiqué commun, Luc Châtel, président de la PFA, et Frédéric Bedin, président du directoire du groupe Hopscotch, actionnaires à part égales d'AMC Promotion, ont donc annoncé ne pas "être en mesure de maintenir dans sa forme actuelle le Mondial de l'Auto à la porte de Versailles pour son édition 2020."

Manque de temps et probablement de moyens

Celui-ci était une composante majeure mais pas unique du Paris Motor Show. Pour l'instant, les événements Movin'On, Smart City et les différentes manifestations dans la capitale sont maintenus. Le Mondial de l'Auto avait attiré près d'un million de visiteurs en 2018.

Les exposants qui avaient répondu présents pour cette édition auraient dû commencer à travailler sur les stands dès ce printemps. Un calendrier impossible à tenir en cette période de confinement. A cela s'ajoute aussi l'incertitude économique. Les investissements colossaux induits par une présence à Paris seront-ils encore possibles et prioritaires à l'issue de la crise actuelle ? Rien n'est moins sûr.

Des professionnels dans l'attente

La crise sanitaire qui touche actuellement la France est une mauvaise nouvelle pour les réseaux et leurs chefs d'entreprise. Après deux derniers exercices décevants, tous se montrent vigilants et espèrent que les aides promises par l'Etat arriveront rapidement.

 

La pandémie de coronavirus et les mesures de confinement prises pour tenter d'enrayer sa propagation constituent une mauvaise nouvelle pour toute l'économie française et particulièrement pour les professionnels du pneumatique. La crise des Gilets Jaunes en 2018 et les mouvements sociaux fin 2019 avaient déjà plombé le marché. Ses représentants espéraient entrevoir une petite éclaircie en 2020. Las, la crise sanitaire actuelle risque de les pénaliser pour un bon moment. Libre de continuité à exercer, les réseaux ont toutefois adopté différentes stratégies.

Norauto a ainsi fait le choix dès dimanche 15 mars de fermer l'ensemble de son réseau. Une décision valable pour les succursales et les franchisés "jusqu'à nouvel ordre" alors que certains centres ont rouvert ces dernières heures pour accueillir notamment les professionnels de santé. Le réseau Siligom adopte quant à lui une autre stratégie. "Nous avons laissé nos adhérents choisir s'ils ouvraient ou s'ils restaient fermés, précise Olivier Pasini, directeur général de l'enseigne. La situation est variable d'une région à une autre et nous estimons que cette décision doit être analysée localement". Adhérent Siligom à Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques, José Da Silva poursuit son activité "pour gérer les urgences" avant de fermer notamment "par manque de pièces".

Un service minimum difficile à maintenir

Gérante d'un centre Midas à Tavers, dans le Loiret, Christelle Millot a quant à elle décidé de fermer son point de vente mardi dernier, dès le début du confinement. "Nous avons ouvert en début de semaine pour gérer les urgences et permettre à nos clients de récupérer leur véhicule", indique-t-elle. Là-encore, le réseau a laissé ses membres libre de leur choix. "C'est mon mari et moi-même qui avons pris cette décision. Il est de notre responsabilité de ne pas mettre en danger nos employés et nos clients mais aussi de participer à l'effort national", ajoute la gérante.

 

"Si l'Etat réagit vite, l'impact sera limité. Sinon…"

 

Patron d'une quinzaine de centres Point S et Norauto dans le Haut-Rhin, une zone particulièrement touchée par le Covid-19, Fabien Rosenblatt a très tôt réorganisé son groupe. "Une semaine avant le confinement national, nous avons fermé tous nos sites pour n'en laisser qu'un seul d'ouvert. Celui-ci nous permet de rendre les derniers véhicules mais aussi de gérer les dépannages car beaucoup d'automobilistes ont encore besoin de se déplacer, essentiellement pour des raisons professionnelles, malgré les mesures de confinement." Comme pour son compère basque, le chef d'entreprise craint de ne pas pouvoir assurer ce service minimum encore longtemps, faute de stock suffisant.

Des trésoreries en souffrance

Pour les uns comme pour les autres, l'heure n'est toutefois pas à l'inquiétude. "Nos chefs d'entreprise font preuve de sang-froid, confirme Olivier Pasini. Ils sont en attente d'un soutien qu'on leur donne depuis le siège en leur communiquant le cadre légal, les dispositions à prendre s'ils restent ouvert et en leur envoyant quotidiennement une note d'information""Notre tête de réseau est là pour nous soutenir mais pour le moment il n'y a pas lieu de s'affoler", juge Christelle Millot qui explique avoir la trésorerie pour "tenir jusqu'au 15 avril. Après, on avisera".

José Da Silva juge pouvoir tenir "deux à trois mois" et s'estime plus chanceux que d'autres étant propriétaire de son établissement. "Nous n'avons pas de lourdes traites à assumer chaque mois contrairement à certains confrères et amis…" Fabien Rosenblatt estime quant à lui avoir "deux mois de trésorerie" d'avance pour gérer la situation mais le dirigeant pense que l'équilibre économique du secteur se joue ailleurs. "Tout l'enjeu porte sur la réactivité des aides promises par le Gouvernement. Si l'Etat réagit vite, l'impact sera limité. Sinon…" Telle est la grande inconnue du moment pour tous ces professionnels.

Avant l'hiver, Hankook fait le plein de nouveautés

Le manufacturier complète sa gamme de pneumatiques avec le lancement de deux nouvelles références, en hiver et toutes saisons, destinées aux utilitaires et camionnettes.

 

Hankook présente le nouveau Winter i*cept LV, destiné aux camionnettes et aux utilitaires pour la nouvelle saison hivernale. Le dernier modèle de la gamme i*cept, reconnue pour ses performances, convainc non seulement par ses caractéristiques spécifiques hiver, mais également par son rendement kilométrique accru et, par conséquent, par les économies qu’il permet de réaliser. Les ingénieurs sont parvenus à augmenter le rendement kilométrique d'environ 10% par rapport aux modèles classiques, incluant une conception de profil plus large.

Le pneumatique Hankook Winter i*cept LV sera disponible dans un premier temps dans un total de 24 dimensions allant de 15 à 17 pouces, avec des largeurs de bande de roulement allant de 175 à 235 mm et un ratio d'aspect allant de 75 à 60 pour les indices de vitesse R et T.

L'apport de la technologie Ice-Philic

Le manufacturier coréen son offre toutes saisons avec le lancement du nouveau Vantra ST AS 2 pour application là-encore camionnettes et utilitaires. Celui-ci dévoile ses atouts, en particulier sur les routes en zones urbaines,  grâce à sa technologie "Ice-Philic", qui garantit une adhérence accrue, même à basses températures.

Cette innovation est désormais disponible sur le marché européen en 15 dimensions allant de 14 à 16 pouces, avec des largeurs de bande de roulement allant de 185 à 235 mm et un ratio d'aspect allant de 8Marché

The Tire Cologne 2020 reporté en 2021

La propagation du coronavirus en Europe rendait la tenue du prochain The Tire Cologne, du 9 au 12 juin 2020, très hypothétique. Les organisateurs ont statué en décidant de reprogrammer cette nouvelle édition en mai 2021.

 

Nouvelle annulation dans le monde des salons automobile. Alors qu'elle devait initialement se tenir entre les 9 et 12 juin 2020, la deuxième édition de The Tire Cologne, salon référent des acteurs du pneumatique, n'aura finalement pas lieu. Face à la propagation du coronavirus, l'organisateur, Koelnmesse, n'a eu d'autre choix que de prendre cette décision. Le rendez-vous allemand est reporté à 2021 et se tiendra entre les 18 et 20 mai.

Un succès avant l'heure

"Les circonstances actuelles ne permettent pas une préparation sereine pour la réussite de notre salon, juge l'organisateur. La santé des participants est notre priorité et, après un examen attentif de toutes les options, ce report nous semble être la meilleure des décisions".

Quoi qu'il en soit, cette annonce est un coup dur pour The Tire Cologne qui s'apprêtait à enregistrer un nouveau succès. Début janvier, près de 80 % des 65 000 mètres carrés du parc des expositions avaient déjà été réservées et plus de 300 entreprises avaient confirmé leur participation.

Rassembler toute la filière

Organisé conjointement par Koelnmesse et la Fédération allemande des distributeurs de pneumatiques et des vulcanisateurs (BundesverbandReifenhandelundVulkaniseur-Handwerke.V. – BRV), The Tire Cologne entend rassembler toute la filière.

L'évènement s'adresse ainsi aux fabricants et aux distributeurs de pneumatiques, aux prestataires de services automobiles, aux spécialistes de l'équipement d'ateliers, aux professionnels du recyclage et du rechapage de pneus ainsi qu'à toutes les entreprises liées au secteur automobile et à celui des pneumatiques.

0 à 60 pour les indices de vitesse Q, R, S, T et H. D'autres dimensions sont en cours de développement.

Pirelli met son savoir-faire au service de Pagani

Le manufacturier transalpin a mis au point le tout premier P Zéro Trofeo R, le pneumatique routier le plus performant de sa gamme, pour la dernière-née des Pagani, la Huayra Roadster BC.

 

Alors que le nouveau modèle de la marque a fait ses grands débuts la semaine dernière au Monterey Car Week (Californie, Etats-Unis), la nouvelle PaganiHuayra Roadster BC chaussait à cette occasion des pneumatiques Pirelli P ZeroTrofeo R spécialement développés pour elle. L'ampleur de la tâche confiée aux ingénieurs du manufacturier était concidérable puisque cette Pagani est capable de rouler à plus de 300 km/h grâce à son moteur biturbo V12 de six litres et ses 800 chevaux. Une puissance générant plus de 1,9g en virage avec des charges latérales maximales de 2,2g.

Modélisation et simulation prédictive

Au-delà des caractéristiques techniques réelles des pneumatiques (265/30 R20 à l’avant, 355/25 R21 à l’arrière), une toute nouvelle voie de développement a été empruntée pour faire face aux niveaux de performance souhaités par Horacio Pagani pour sa dernière hypercar. Pour la première fois, les deux firmes italiennes ont lancé le développement pneumatique en utilisant la modélisation et la simulation prédictive.

Ce pré-développement virtuel permet à un modèle informatique de reproduire avec précision les caractéristiques dynamiques de la voiture sans avoir besoin de fabriquer de vrais pneumatiques pour elle. Cela signifie des délais de livraison réduits, une plus grande harmonie entre les données objectives et les impressions subjectives au volant, ainsi qu’un produit final encore mieux adapté à la voiture à laquelle il est destiné.

Adhérence en hausse de 7 %

Le processus de développement conjoint entre les ingénieurs de Pirelli et ceux de Pagani a commencé par l’établissement d’une nouvelle taille pour les pneumatiques avant, avec des rainures plus profondes, une largeur plus importante et des jantes plus grandes. Cela offre une surface de contact plus étendue qui a la valeur ajoutée d’une plus grande force pour supporter les charges aérodynamiques supplémentaires de l’appui aérodynamique.

La nouvelle bande de roulement – qui se traduit par une augmentation de la taille des blocs ainsi que des rainures longitudinales – offre quant à elle un gain d'adhérence évalué à 7 %. "Nous sommes fiers de célébrer plus de 10 ans de respect mutuel et de partenariat avec Pirelli, dans une mission commune d’amélioration continue", se félicite en conclusion Horacio Pagani

Dunlop dévoile un nouveau pneu moto rétro

Avec son look travaillé et ses performances sportives, le nouveau TT100 GP Radial de Dunlop s'attaque au marché en forte croissance des motos néo-rétros.

 

Le "vintage contemporain" a le vent en poupe. De surcroit sur le marché des deux-roues où les montures dernier cri au look rétro sont en pleine croissance. Pour s'inscrire dans cette dynamique, Dunlop présentait le week-end dernier à l'occasion du TT Classic de l'Ile de Man son nouveau pneumatique TT100 GP Radial.

Une vieille inspiration

Inspiré du premier pneumatique de série de la marque à avoir couru un tour à 160 km/h de moyenne sur le célèbre (et difficile) parcours britannique, ce pneumatique offre un look rétro savamment étudié pour des performances sportives inégalées. Le dessin de la bande de roulement a été légèrement remanié pour améliorer la rigidité et la précision dans les virages, mais les principaux changements sont à l’intérieur du pneu. La nouvelle structure de la carcasse radiale donne une grande sensation de confiance.

Le pneu avant est de construction contemporaine, ce qui rend la moto plus facile à manier tandis que le pneu arrière est doté de la ceinture JLB (Jointlessbelt) de Dunlop. Une innovation qui élimine les chevauchements de bande, ce qui permet une meilleure maniabilité et une surface de contact optimisée avec la route.

Six dimensions pour débuter

"Nous avons associé quelques-unes des dernières innovations de Dunlop à l'un de nos dessins de bande de roulement les plus emblématiques. Qu'il s'agisse d'une moto classique réglée pour offrir un niveau de performance moderne ou d'une nouvelle moto sport Néo Rétro, le Dunlop TT100 GP Radial leurs donne un look authentique avec une technologie contemporaine", assure Luca Davide Andreoni, directeur marketing de Dunlop Motorcycle Europe.

La gamme TT100 GP comprend à ce jour deux dimensions en pneu avant et quatre en pneu arrière ce qui permet à la firme du groupe Goodyear d'équiper potentiellement 60 modèles issus de 16 constructeurs différents.

La marque Laufenn fait peau neuve

Le groupe Hankook Tire renouvelle son offre d'entrée de gamme avec deux nouveaux pneumatiques été Laufenn destinés aux véhicules légers et aux SUV.

 

Cinq ans après son lancement en Europe, Laufenn s'offre une nouvelle jeunesse avec la commercialisation de deux nouveaux modèles été. La marque budget du groupe Hankook Tire présente les références S FIT EQ+ pour véhicules légers et G FIT EQ+ pour SUV, disponibles dans les principales dimensions du marché. Ces innovations s'adressent en particulier à une clientèle recherchant de la qualité au meilleur prix.

Le Laufenn S FIT EQ+ est conçu avec une sculpture Hydro-Flow optimisée et composée de quatre rainures principales droites permettant de prévenir efficacement l'aquaplaning. De plus, l'utilisation d'un composé de silice haut de gamme de deuxième génération permet de réduire considérablement la distance de freinage, en particulier sur les routes mouillées.

Les principales dimensions disponibles

Le Laufenn G FIT EQ+, comme la génération précédente, a été développé avec une sculpture à quatre rainures offrant également un confort de conduite souple et agréable dans de nombreuses conditions de route. Les rainures de la bande de roulement aux profondeurs variables permettent une évacuation rapide de l'eau, ces dernières associées avec les lamelles fixées aux blocs de l'épaulement interne améliorent l'adhérence sur sol mouillé.

Le premier nommé est disponible en 51 dimensions allant de 15 à 20 pouces avec des largeurs de bande de roulement de 185 à 275 mm alors que le second s'appuie sur un portefeuille de 40 tailles allant de 13 à 17 pouces avec des largeurs de bande de roulement de 135 à 235 mm.

Au tour de Goodyear de stopper sa production européenne

Toutes les usines du groupe situées en France, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et en Slovénie vont être arrêtées. C'est ce qu'a annoncé le manufacturier américain face à la propagation du coronavirus.

 

Alors que Michelin a annoncé en début de semaine la fermeture de ses sites français, espagnols et italiens, c'est au tour de Goodyear de prendre une décision similaire.

Le groupe américain a indiqué dans un communiqué son intention de fermer "temporairement et progressivement ses usines européennes de pneumatiques et de rechapage de pneumatiques, à partir de la fin de cette semaine, et au moins jusqu’au 3 avril prochain".

Les entrepôts restent opérationnels

Un choix qui va directement impacter les sites de l'américain situés en France (Amiens, Montluçon et Riom), en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et en Slovénie.

Ses entrepôts restent quant à eux opérationnels mais avec des horaires réduits et des mesures de distanciation sociale pour protéger la santé des équipes. Pour le moment, cette mesure ne concerne que l'Europe mais Goodyear "continue d’évaluer ses activités de production en Amérique du Nord et dMichelin met à l'arrêt ses sites en France, en Espagne et en Italie

Pour respecter les mesures gouvernementales en vigueur dans ces trois pays, Michelin a décidé de stopper la production de 21 usines au total.

 

Une semaine minimum voire beaucoup plus. Pour tenter à son niveau d'enrayer la propagation du coronavirus et respecter les mesures de confinement actées par les gouvernements locaux, Michelin vient d'annoncer l'arrêt de ses usines françaises, espagnoles et italiennes. Il s'agit de respecter "les mesures d'hygiène et de confinement mises en place dans ces pays", a expliqué le manufacturier à l'AFP.

Le site de Bassens y échappe

En France, la décision s'applique à 14 sites industriels qui emploient environ 10 000 personnes, c'est à dire l'ensemble des usines du groupe à l'exception de celle de Bassens, près de Bordeaux, qui fabrique des élastomères de synthèse exportés vers les usines Michelin du monde entier et qui est "indispensable à la poursuite des activités du groupe dans le reste du monde". Concernant les sites de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et Bourges (Cher), qui produisent pour l'armée, des vérifications sont en cours pour examiner si les contrats autorisent un arrêt total de la production.

En Espagne, un peu plus de 7 000 salariés sont touchés sur 4 sites, et en Italie environ 3 500 personnes sur 3 sites de production. Concernant les activités tertiaires du groupe, le télétravail a été généralisé à l'ensemble des salariés, a indiqué le porte-parole.

D'autres usines pourraient s'arrêter

Au global, la fermeture "concerne plus de 20 000 salariés sur 21 sites industriels dans les trois paysles plus touchés en Europe par l'épidémie", a précisé le porte-parole. Ces mesures "pourront être prolongées" et le groupe "pourra être amené à prendre des mesures similaires pour d'autres usines Michelin en Europe". Michelin indique "regarder les processus d'indemnisation" pour les salariés, "en fonction des dispositifs dans chaque pays".

La décision a été prise ce week-end "pour contribuer à l'effort des trois gouvernements de ralentir l'expansion de l'épidémie" et"pour assurer la protection maximale de nos salariés", a-t-on précisé de même source. (avec AFP)

Bridgestone n'a pas atteint ses objectifs 2019

Le manufacturier nippon a présenté un bilan financier annuel inférieur à ses prévisions initiales. Son bénéfice net est resté stable sur un an alors que ses ventes ont décliné partout dans le monde, hormis au Japon. Et 2020 ne prête pas vraiment à l'optimisme.

 

Quelques jours après Michelin, qui a présenté des résultats 2019 plutôt satisfaisants, c'est au tour de Bridgestone de dévoiler son bilan annuel. Visiblement, le dernier exercice ne restera pas dans les annales du groupe nippon qui a fait état lundi 17 février 2020 d'une stagnation de son bénéfice net sur un an, n'atteignant pas ses prévisions initiales. Celui-ci s'est établi à 292,6 milliards de yens (2,4 milliards d'euros), en très légère augmentation de 0,3% sur un an.

C'est sur le plan opérationnel que la dégringolade est réellement visible, avec un bénéfice d'exploitation en chute de 19 % sur un an, à 326 milliards de yens. Le groupe a souffert de coûts élevés des matières premières, de l'impact défavorable de l'évolution des taux de changes et de dépréciations d'actifs, en plus d'une demande amoindrie.

L'incertitude coronavirus

En volume, les ventes de pneus de remplacement pour les voitures de tourisme ont baissé partout et celles des modèles montés sur les voitures neuves n'ont augmenté qu'au Japon. Les ventes de pneus de poids-lourds ont également globalement régressé.

Pour 2020, Bridgestone n'est guère optimiste et prévoit un repli du bénéfice net de 4 % sur un an. Son chiffre d'affaires devrait à peine rebondir (+1,2 %, à 3 550 milliards) de même que son gain d'exploitation (+4,7 %, à 360 milliards). La morosité du marché automobile mondial explique en partie cette situation alors que le groupe devrait, par ricochet, subir les effets de l'épidémie de coronavirus qui risque de durer des mois au moins. (avec AFP)

Continental : 760 emplois menacés en Espagne

Considérant les perspectives d'avenir du site trop limitées, le manufacturier allemand a confirmé vouloir céder son usine espagnole de Rubi, près de Barcelone, où sont employés 760 personnes.  

 

Spécialisée dans la fabrication d'éléments de tableaux de bord, l'usine Continental de Rubi, près de Barcelone, va fermer ses portes. Une réflexion sur l'avenir du site avait été engagée au second semestre 2019 et les conclusions s'avèrent sans appel pour le groupe allemand. Celui-ci considère en effet que les éléments produits à Rubi seront remis en cause à l'avenir par le développement des véhicules électriques.

"L'entreprise veut abandonner l'usine et cherche des acheteurs. Elle nous a indiqué aujourd'hui qu'elle allait nous présenter officiellement le 5 février 2020 un plan pouvant aboutir au départ des 760 employés", a déclaré à l'AFP Josep Rueda, représentant du syndicat Commissions ouvrières (CCOO). "Il n'y a pas encore eu d'avancée sur la question des entreprises intéressées par un rachat de l'usine" a précisé le syndicat dans un communiqué.

Près de deux milliards de perte

Un temps envisagé, la transformation industrielle du site n'a finalement pas été retenue, ce que déplore les représentants syndicaux. Bien qu'un repreneur soit toujours attendu, l'avenir des 760 employés demeure très incertain. Alors que l'industrie automobile se tourne vers l'électrique, Continental compte se concentrer davantage sur les "activités de croissance et du futur", comme la fabrication de pneus ou la voiture autonome et connectée.

Une réorientation qui devrait notamment conduire à la suppression de 5 500 postes sur les 240 000 que compte aujourd'hui l'équipementier. Il a récemment annoncé une perte nette au troisième trimestre 2019 de 1,99 milliard d'euros en raison de la dépréciation de certaines activités affectées par un marché plombé par le Brexit et les conflits commerciaux. (Avec AFP).

Hankook équipe la nouvelle Audi SQ8

Le manufacturier coréen a été choisi par Audi pour équiper en première monte son nouveau modèle sportif, le SQ8 TDI, avec des enveloppes ultra-hautes performances Ventus S1 evo 3 SUV.

 

Après le succès lié à l'équipement d'origine de l'Audi Q8, la firme d'Ingolstadt (Allemagne) s'est une nouvelle fois tournée vers Hankook pour chausser en première monte son dernier modèle. La nouvelle Audi SQ8 TDI souligne en particulier la sportivité de la série Q8 : un moteur de 435 ch avec transmission intégrale permanente Quattro, un couple maximal de 900 Newton-mètre et une accélération du véhicule de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes.

Complété par un modèle hiver

Deux modèles du manufacturier coréen ont été sélectionnés pour le SUV : le pneumatique ultra-hautes performances été Ventus S1 evo 3 SUV et le pneumatique hiver Winter i * ceptevo 2 SUV, respectivement en 285/45 R21 113 Y XL et V XL. Une nouvelle dimension de pneumatique été en 22 pouces (HankookVentus S1 evo 3 SUV 285/40 R22) est à venir.

"La conception du pneumatique était un aspect essentiel du processus de développement. Comme pour l’Audi Q8, le modèle SQ8 TDI, en tant que grand SUV, supporte une charge de véhicule plus grande et qui, associée aux vitesses élevées possibles, rend la notion de durabilité du pneumatique particulièrement importante. De plus, nous avons porté une attention toute particulière au comportement du véhicule, que ce soit sur sol sec ou humide", précise Klaus Krause, ingénieur chez Hankook et responsable du centre européen de R&D.

Des technologies de pointe

Notons que le Ventus S1 evo 3 est fabriqué avec un matériau spécial en nylon dans la zone de flanc, augmentant ainsi la résistance de cette dernière. La double nappe carcasse et l'utilisation d'un matériau composite à base d'aramide permettent de réduire jusqu'à 60 % la déformation indésirable de la circonférence de roulement à des vitesses élevées ou très élevées (plus de 300 km/h), par rapport aux matériaux précédemment utilisés.

Cela confère au pneumatique une tenue de route nettement meilleure et une durée de vie plus longue en raison d’une génération de chaleur beaucoup moins importante, et lui permet de rester ainsi à un niveau d’adhérence constamment élevé, et ce sur une très large plage de température. Les performances dynamiques et sportives sur sols secs et humides sont assurées par un mélange de gomme spécifique à base de résines naturelles très performantes.

Uptis, le pneu increvable de Michelin triplement récompensé

Dévoilée en juin dernier lors du sommet Movin'On sur la mobilité durable, cette innovation vient de décrocher coup sur coup trois distinctions en Allemagne, en France et aux Etats-Unis.

 

L'année se termine en apothéose pour Uptis et ses concepteurs. Présentée par Michelin en juin dernier lors du sommet Movin'On 2019 consacré à la mobilité durable, ce pneumatique "airless" (sans air comprimé) représente une innovation majeure tant au niveau de la sécurité que du respect de l'environnement. Le secteur ne s'y est pas trompé et c'est pourquoi Uptis vient de recevoir, coup sur coup, trois prestigieux prix.

Le Golden Sterring Wheel Award 2019, remis par le groupe de presse allemand Auto Bild, le Coyote Automobile Award 2020, décerné en France par la communauté européenne de Coyote, et enfin l'AVT ACES Award 2020, distribué par le magazine américain AutonomousVehicleTechnology, lui reviennent. Ces trois trophées, incontournables dans l'industrie automobile, ont récompensé Uptis dans les catégories innovation et pneu de l'année.

"Une innovation de rupture majeure"

Ce prototype, à la technologie inédite et révolutionnaire qui supprime tout risque de crevaison, présente des avantages considérables qui permettront notamment aux automobilistes d’être plus sereins lors de leurs trajets en voiture et aux propriétaires de flottes ainsi qu'aux professionnels d’optimiser la productivité de leur business. Uptis a fait l'objet de 50 brevets liés à la conception de sa structure et à ses matériaux de haute technologie.

"Ces trois prix prestigieux sont une grande fierté pour les femmes et les hommes de Michelin, ils viennent récompenser une innovation de rupture majeure dans le domaine du pneumatique et démontrent la pertinence des efforts engagés par Michelin en matière d’innovation et de mobilité durable", se félicite Florent Menegaux, le président du groupe clermontois.

Goodyear équipe le nouveau Renault Captur

Le manufacturier américain a été choisi pour équiper dès l'origine en pneumatiques la dernière génération du SUV urbain au losange. Celui-ci chausse ainsi des montes été EfficientGrip Performance.

 

Joli coup pour Goodyear. Le fabricant de pneumatiques américains a été sélectionné par Renault pour équiper le nouveau Renault Captur. Un modèle clé dans la gamme au losange puisque le SUV urbain s'est écoulé à 1,5 million d'exemplaires, dans plus de 90 pays, depuis son lancement en 2013. Cette nouvelle mouture s'inscrit dans la continuité de la précédente génération et propose les technologies les plus récentes dont l'une des valeurs sûres de Goodyear.

Le Captur est en effet doté des montes été EfficientGrip Performance en dimension 215/55R18 95H et 215/60R17 96H. Le premier est classé A pour l’adhérence sur route mouillée et B pour l’efficacité énergétique au niveau de l’étiquetage européen des pneumatiques alors que le second est noté B pour l’adhérence sur route mouillée et A pour l’efficacité énergétique.

"Nous sommes convaincus que ces pneumatiques apportent un niveau remarquable d’adhérence et d’efficacité énergétique à cet exceptionnel SUV urbain, déclare Hans Vrijsen, directeur général de Goodyear OE pour la zone EMEA. Nous sommes impatients de nous associer à Renault pour offrir à ses clients la meilleure expérience de conduite".

L'American Dream de NokianTyres

Très attendue, la première usine implantée sur le sol américain du manufacturier finlandais a ouvert ses portes début octobre 2019. Située à Dayton, dans le Tennessee, celle-ci pourra produire à terme 4 millions de pneus par an.

 

Cette fois, c'est fait. Lancée en 2018, la construction de la première usine américaine de NokianTyres est désormais achevée. L'inauguration a été célébrée le mercredi 2 octobre 2019. Implanté à Dayton, dans le Tennessee, ce site s'étend sur 77 000 mètres carrés et compte désormais parmi les installations de production de pneus les plus avancées du secteur. L'usine est actuellement en phase d'essai et la fabrication de pneumatiques débutera début 2020.

"L’ouverture officielle de l’usine de Dayton est une étape clé dans notre processus de croissance, déclare HilleKorhonen, PDG de NokianTyres. Notre équipe internationale, qui travaille d'arrache-pied, a concrétisé la vision de notre entreprise grâce à un travail d'équipe acharné, et nous sommes impatients de célébrer leur accomplissement. L'usine nord-américaine établit une relation privilégiée avec nos clients en fabriquant des produits sûrs, durables et adaptés aux besoins des consommateurs nord-américains".

Soutenir la croissance du groupe

Moyennant un investissement de 360 millions de dollars, le manufacturier finlandais sera à terme en mesure de fabriquer chaque année quatre millions de pneumatiques mais aussi d'en stocker 630 000. Un véritable atout pour servir la clientèle américaine et canadienne et tenir ainsi l'objectif fixée qui consiste à doubler les ventes dans cette région à horizon 2023. 400 salariés travailleront à terme dans cette usine.

Afin de minimiser les déchets et les émissions de CO2, NokianTyres s’engage à maintenir des normes de durabilités strictes au sein de l’usine. Des panneaux solaires seront installés sur le parking et l’entreprise recyclera les matériaux excédentaires résultant de la production. Les panneaux solaires du parking généreront 3 mégawatts d’électricité réutilisés sur le site.

Continental donne naissance à Vitesco Technologies

La réorganisation continue chez Continental qui fait le choix de rebaptiser sa division Powertrain mais surtout de lui offrir son autonomie avec comme ambition d'en faire un des leaders de l'électrification automobile.

 

Comme attendu depuis les premières annonces intervenues en septembre, la scission de la division Powertrain de Continental se précise. L’entité a été rebaptisée Vitesco Technologies et son siège sera localisé à Ratisbonne, en Bavière. Exerçant ses activités de manière indépendante depuis janvier 2019, cette nouvelle société va déployer sa nouvelle identité de marque sur ses quelque 50 sites à travers le monde et sur ses différentes plateformes en ligne (site internet et réseaux sociaux). Elle sera présidée par Andreas Wolf.

En rendant autonome Vitesco Technologies, Continental entend réagir à l’évolution rapide des exigences en matière de motorisation automobile alors que la réduction des émissions est à l'agenda politique et social de nombreux marchés internationaux.

Bientôt en bourse

L’équipementier veut notamment se positionner sur le secteur émergent de l’électromobilité, rappelant que la part de marché des véhicules électriques et hybrides devrait atteindre 50 % en 2030. Vitesco Technologies devrait par ailleurs être partiellement introduit en bourse en 2020.

"La flexibilité est à l'ordre du jour. Au niveau mondial, la demande porte sur tous les types de propulsion. Notre mission est de les rendre propres, efficaces et accessibles. Ce qui peut être possible grâce à une électrification régulière. En tant qu'entreprise indépendante, nous pouvons désormais répondre plus rapidement et plus efficacement aux demandes de notre industrie, et mieux exploiter nos atouts", a indiqué le CEO de Vitesco Technologies.

Les marques de pneus les plus vendues chez Delticom

Le groupe allemand dévoile le palmarès des marques de pneumatiques les plus écoulées en 2019 sur ses différentes boutiques en ligne. Goodyear et Hankook se distinguent particulièrement.

 

Alors que les ventes de pneumatiques n'ont pas été au beau fixe en 2019, tant sur le plan européen que français, Delticom AG se félicite malgré tout d'avoir tenu le cap et juge que l'activité des pure players est restée stable (volumes en très légère hausse de +0,2 %). Le groupe allemand s'est aussi intéressé dans le détail à ses ventes pour toutes ses boutiques en ligne. En France, le distributeur opère avec la plateforme pneus-auto.fr.

En 2019, celle-ci a écoulé plus de 160 marques différentes. Toutes saisonnalités confondues, Goodyear domine le segment premium devant Continental et Nokian. Au niveau des quality (tier 2), Hankook devance Nexen et Falken. Enfin, la gamme budget place Goodride, marque développée par le chinois Hangzhou ZhongceRubberCompany, sur la première marche devant Nankang et Rotalla.

Suivant cette même logique premium/quality/budget, le trio Goodyear, Hankook et Nankangs'est le mieux vendu en enveloppes été chez pneus-auto.fr. Nokian, Hankook et Goodride dominent en pneus hiver alors que les toutes saisons placent Goodyear, Maxxis et Rotalla en tête. Delticom considère d'ailleurs cette dernière comme l'une des grandes révélations de ses ventes 2019 aux côtés de Trazano.

Les ambitions pneumatiques d'Oscaro

Remis en selle par son nouvel actionnaire, le pionnier de la pièce détachée sur Internet retrouve des couleurs et de l'ambition. Le pneumatique concentre notamment son attention alors que celle-ci pourrait représenter 10 % de son activité à terme.

 

Le chiffre d'affaires d'environ 300 millions d'euros n'aura pas permis à Oscaro de présenter un bilan 2019 positif. Tout sauf une surprise pour une société qui a rencontré de nombreuses difficultés ces dernières années avant d'être repris par PHE (Autodis Group). En léger recul sur l'année, ce résultat cache en réalité "une croissance à deux chiffres" sur le dernier quadrimestre, que Jan Löning analyse comme le signe d'une dynamique retrouvée. Un constat d'autant plus juste que d'autres indicateurs, bien plus parlant, s'affichent eux-aussi en amélioration.

Ainsi, comme le détail le directeur général, Oscaro a redressé la barre tant sur le plan des appels entrants captés, d'ordre de 95 % actuellement contre 60 % pendant les heures sombres du pureplayer, que de la satisfaction clients avec un NPS (Net Promoter Score) de 40 contre 10 il y a encore quelques mois ! Autre enjeu de taille, le taux de retour de 5 % s'avère lui aussi très bon.

Un moteur de recherche spécifique

"Aujourd'hui, nous avons une démarche beaucoup plus réaliste. On dit ce qu'on veut faire et on fait ce qu'on dit, ajoute Jan Löning. Les clients ne s'y trompent. Ils trouvent la pièce qu'ils cherchent, ils sont soutenus par notre équipe de 180 téléconseillers, et la promesse qu'on leur fait est tenue. Tout ceci permet de concrétiser une visite en véritable acte d'achat". S'il y a bien une chose qui n'a pas changé, c'est justement la qualité de l'offre proposée par Oscaro. Ce catalogue, que le dirigeant décrit telle "une pépite", reste au cœur du dispositif maison. Grâce à l'arrivée de PHE, il a été enrichit avec l'appui des fournisseurs d'Autodistribution et de conditions d'achats renforcées.

Cette année, celui-ci sera encore développé avec un focus porté sur l'offre pneumatique. Dix-huit mois après s'être lancé sur ce marché et bien que Jan Löningaffirmait en milieu d'année dernière ne pas en faire une priorité, Oscaro a décidé d'accélérer sur ce sujet. Premier point : un renforcement du moteur de recherches. Si la plaque d'immatriculation constitue la principale porte d'entrée pour trouver une pièce, il en est tout autre pour le pneumatique.

De grandes ambitions

L'espace dédié comprendra donc, à partir de début avril, un second moteur de recherches par marque, largeur, hauteur, diamètre, charge et vitesse des enveloppes. Le catalogue sera lui aussi étoffé avec l'appui d'un distributeur néerlandais alors que le positionnement tarifaire se voudra agressif. De cette façon, Oscaro espère à moyen terme réaliser entre 5 et 10 % de son activité grâce au pneu (1 % à date).

Autre projet crucial, l'internationalisation de la société. Annoncé à l'automne, ce développement est désormais ficelé. Après l'Espagne, le Portugal et la Belgique, deux autres pays seront explorés cette année. L'ensemble du Benelux est une option, tout comme l'Allemagne et l'Italie mais la direction réfléchit encore à la bonne stratégie à adopter dans un contexte rendu incertain par l'épidémie de covid-19. Quoi qu'il en soit, l'avenir d'Oscaro s'écrit désormais clairement à l'étranger. Si 10 % du CA est actuellement réalisé en dehors de nos frontières, l'ambition est de grimper à moyen terme à 30 %.

Pirelli ouvre un nouveau P Zero World

Dédié au luxe et au sport, le concept P Zero World de Pirelli étend sa toile avec l'inauguration d'un cinquième point de vente à Melbourne.

 

Après Los Angeles en 2016, Munich en 2017Monaco en 2018 et Dubaï début 2019, le concept P Zero World poursuit son tour du monde et découvre un nouveau continent. Le 11 novembre dernier, le manufacturier sino-transalpin a inauguré à Melbourne son cinquième flasgship store grâce à un partenariat noué avec son distributeur local, Mag Wheel Tyre. Celui-ci s'étend sur 1 200 m2 et comprend cinq rampes d'accès ainsi qu'un vaste espace de vente.

A l'intérieur, les clients peuvent retrouver des vendeurs, un réceptionniste mais aussi des experts pistes de la marque ainsi que des techniciens capables de conseiller les automobilistes sur la configuration idéale pour leur voiture. Conçue comme un espace dédiée au luxe et au sport, la boutique comprend les offres premium de Pirelli, telle que les gammes Trofeo R et Collezione, des pneus moto et vélo, et enfin des accessoires design.

Un marché stratégique

La cérémonie d'ouverture a été précédée d'un défilé de supercars mettant en vedette des modèles Ferrari, Lamborghini, Aston Martin, Bentley et Maserati circulant sur les routes du Albert Park, qui une fois par an se transforme pour accueillir le Grand Prix de Formule 1 d'Australie. En parallèle, Pirelli a également organisé une journée de piste à Phillip Island le même jour avec le soutien de Lamborghini qui a mis à disposition des invités des Aventador S, Huracan Evo et Urus.

L'emplacement choisit pour ce nouveau P Zero World n'est pas anodin. L'État de Victoria, dont Melbourne est la capitale, compte le plus grand nombre d'immatriculations de véhicules de prestige en Australie. Une supercar sur trois vendues dans le pays est immatriculée dans cet Etat. Plus de 50 000 véhicules de prestige sont actuellement en circulation en Australie et ce segment présente une croissance moyenne de 8 % contre 3 % pour l'ensemble du marché.

lundi, 15 avril 2019 07:05

Distribution

Le fabricant de jantes Mak se lance dans l'Hexagone

La société italienne poursuit son développement international et se lance à présent à la conquête de la France. Mak a ainsi développé un site internet dédié à sa clientèle tricolore.

 

Près de 30 ans après son lancement, Mak débarque en France. La société italienne intensifie ainsi sa présence à l'international (51 pays couverts à ce jour) en prenant pied dans l'Hexagone. Spécialisé dans la fabrication et la distribution de jantes en alliage, Mak a développé un site internet pour ses clients tricolores sur lequel est commercialisée l'ensemble de son offre.

Le catalogue comprend aussi plusieurs nouveautés telles que des jantes Polaris destinées à une application sur des modèles Volvo ou encore des Fahr conçues pour la gamme BMW.

Méconnue en France, Mak est une marque relativement ancienne. Elle a ainsi vu le jour en 1991 en tant que coentreprise de deux familles travaillant dans le secteur automobile : la famille Magri, un des leaders du secteur de la distribution de pneus en Italie, et les Cervati, une famille détenant des fonderies depuis les années 30 et leader du moulage de pièces d’aluminium.